Météo gratuite, séjours et forum France - Meteosun.com

I'm running in the rain !

le mois de septembre s'avère humide....autant s'y habituer, alors voici quelques conseils "kalenji" pour courir par temps de pluie !

4 astuces pour courir sous la pluie (et aimer ça !)

Nombreux sont les coureurs qui scrutent le ciel avant de valider le principe d’une séance d’entraînement. Comme si quelques gouttes pouvaient contrarier la qualité de leur effort ! Cohabiter avec la pluie ? C’est pourtant possible…
 
 


1. Adaptez votre équipement aux circonstances

Pas nécessaire de sortir le poncho s’il ne pleut que modérément ! La tenue que vous porterez doit être choisie en fonction de la durée de votre séance d’entraînement prévue et de l’intensité des précipitations.

S’il pleut de manière continue, veillez à :

  • Porter une casquette afin de ne pas être aveuglé par les gouttes qui ruisselleraient de votre front.

  • Vous équiper d’un coupe-vent imperméable mais respirant.

  • Protéger les zones de frottements de manière plus méticuleuse qu’à l’ordinaire. L’eau alourdit les vêtements et ceux-ci deviennent en conséquence source d’irritations.

  • Emporter le minimum d’objets. Bannissez le lecteur mp3 et vérifiez avant de partir que votre argent, carte de crédit et tout autre effet personnel sont correctement protégés à l’intérieur d’une poche étanche.

 

2. Vous êtes mouillé, et alors ?

Le plus dur lorsque l’on décide de courir sous la pluie reste de se mouiller ! Une fois que vêtements et pieds sont trempés, le geste sportif devient aussi naturel par temps humide que sec.

Probable même que vous vous surpreniez rapidement à prendre un vrai plaisir à courir ainsi entre les gouttes lorsque tant d’autres, autour de vous, cherchent à se mettre à l’abri.

N’oubliez pas que vous ne pourrez choisir les conditions météo de votre prochaine course. Que ferez-vous s’il pleut ? Autant donc vous habituer à courir sous la pluie et même oser gambader allègrement dans les flaques. Ça mouille ? Et alors…


3. En cas d’orage

Il est possible que la simple averse du début de séance se transforme subitement en déluge ou pire, en orage. Si vous courez en rase campagne et êtes surpris par l’orage, le plus sage est évidemment de trouver un abri. N’hésitez pas à arrêter un automobiliste (en faisant de grands gestes si cela est nécessaire) et appelez vos proches sur leur portable pour qu’ils viennent vous chercher (dans le cas où vous courez avec un téléphone portable).

Si cela est impossible, ne paniquez pas. Restez éloigné des arbres et recroquevillez-vous afin de vous faire aussi petit que possible : la foudre, en effet, frappe toujours les points hauts.


4. Une fois à l’abri…

Important de faire preuve de bon sens et de se déshabiller aussi vite que possible pour éviter de macérer dans des vêtements mouillés. Prenez soin de vos pieds et de vos chaussures (dans cet ordre).

Vérifiez que vous ne souffrez d’aucune ampoule : la pluie peut avoir ramolli votre épiderme et encouragé le déclenchement de petites plaies. A propos des chaussures : ôter la première de propreté – la semelle amovible – afin de la faire sécher séparément.

L’accumulation d’humidité peut être à l’origine d’odeurs désagréables mais aussi d’une déformation du chausson. Une technique ancienne consiste à remplir la chaussure de papier journal pour en accélérer le séchage.

Il faut apprendre à surmonter le désagrément passager des premiers hectomètres ! La pluie, lorsqu’elle est faible à modérée, ne doit pas dissuader de courir.
 

Bonne course !

 

Date de dernière mise à jour : 16/09/2013

×