Météo gratuite, séjours et forum France - Meteosun.com

La reprise !!!

Pompé honteusement et paresseusement sur le net, cet article est de mise pour ce début de saison !

Reprise de l’entraînement : les pièges à éviter

 
La coupure estivale permet certes de récupérer des efforts consentis lors du premier semestre. Mais elle contraint aussi à respecter certains fondamentaux à l’heure de la reprise. En évitant quelques pièges…
 
 
 
 

> Remettre au lendemain

 

La rentrée – cette période qui suit les vacances estivales – est toujours délicate à gérer. Du jour au lendemain, le temps prend une autre dimension et il n’est pas rare que l’on se sente débordé par la quantité de tâches à accomplir.

Quelle place donner au running lors de ces semaines d’intense activité ? Certes pas la plus importante. L’équilibre familial et la vie professionnelle restent prioritaires. Mais le fait de courir à nouveau de manière régulière permet souvent de retrouver un équilibre en évacuant le stress de la rentrée.

Inutile en conséquence de repousser (trop longtemps) la reprise de l’entraînement sous le prétexte que les journées semblent trop courtes ou que le niveau de fatigue est (déjà) important. Courir, même quelques minutes, permet de “refaire les niveaux”. Votre cerveau l’a peut-être oublié. Mais votre corps s’en souvient.
 

 

> S'imposer un kilométrage trop important

 Chacun sait ou devrait savoir l’importance d’une vraie progressivité dans le volume hebdomadaire d’entraînement. Après une coupure de deux à quatre semaines, il est crucial de ne pas précipiter le retour à un kilométrage équivalant aux périodes les plus intenses du premier semestre.


Concrètement, il est souhaitable de :
Limiter la longueur des séances longues du week-end et ne pas se laisser entraîner par des copains ou collègues de club – qui suivent peut-être un autre calendrier coupure/reprise.
Répartir les kilomètres courus sur la totalité de la semaine. Ne chargez pas trop vos week-ends. Si vous effectuez une sortie longue le samedi, évitez de courir le dimanche.
. Intégrer une séance d’entraînement croisé (vélo ou natation) pour limiter les contraintes et diminuer le risque de déclenchement d’une blessure.
. Noter sur un carnet le total de kilomètres courus lors de chaque sortie ainsi que les sensations à l’effort.

N’oubliez pas que la rentrée est le premier chapitre d’une nouvelle saison. Le roman ne fait que commencer…

 

> Confondre vitesse et précipitation

 Cesser de courir durant plusieurs semaines a un coût en termes de qualité de performances. Le “detraining” (ou désentraînement) provoque une diminution de la VO2max (consommation maximale d’oxygène). Certaines études ont démontré que celle-ci oscillait entre 4 et 14% - en fonction du niveau du coureur – après un mois de coupure. Plus la VO2max de départ est élevée et plus la baisse sera notable.

La reprise de l’entraînement doit prendre en compte ces données cardiovasculaires mais aussi métaboliques et musculaires.

Quelques pistes à privilégier :
. Reprendre sans attendre un travail qualitatif de type fractionné (sur piste ou en nature) pour booster la filière aérobie. Attention toutefois de ne pas aller trop vite en besogne. Une séance par semaine est suffisante – surtout si la séance de fractionné est effectuée sur piste.
. Effectuer un travail léger de musculation pour solliciter de manière spécifique les fibres musculaires. Exercices de gainage et d’abdominaux doivent aussi être pratiqués.
 

Au-delà de l’impatience légitime à reprendre l’entraînement, il est nécessaire de rester fidèle à une certaine méthode pour éviter les comportements à risques.

 Bonne reprise !


Merci kalenji !!!

×