Météo gratuite, séjours et forum France - Meteosun.com

Rouler sous la pluie

le beau temps ne va pas toujours durer...

Attention, ça glisse ! C’est le risque lorsque la chaussée est humide. Mais vous pouvez apporter quelques modifications à votre machine pour qu’elle soit le plus maniable possible.

 

Rouler sous la pluie

 

1. PRIORITÉ AUX JANTES EN ALUMINIUM

Par temps de pluie, le temps de réaction des freins est plus long que par temps sec. La conséquence est un allongement de la durée du freinage. Les patins adhèrent moins à la jante car cette dernière est humide. Pour être efficaces, les patins doivent trouver une jante qui s’assèche très vite. Pour accélérer ce processus, mettez des petits coups de frein, cela enlèvera l’eau de la bande de roulement où les patins viennent se poser. Il s’avère que les jantes en aluminium gardent moins l’eau que celles en carbone. Si vous êtes un fana inconditionnel des jantes en carbone, anticipez donc plus et portez un grande attention au choix des patins.

2. RETIREZ UN BAR DE PRESSION

Par temps sec, il est commun de gonfler vos pneus entre 7,5 et 8 bars de pression. Et bien prenez l’habitude de retirer un bon kilo par temps de pluie. La raison ? Un pneu ou un boyau moins gonflé, c’est l’assurance d’avoir une surface de bande de roulement du pneu plus importante sur la chaussée. La conséquence est une accroche plus importante. Certes, cela s’accompagne d’une légère perte de rendement… mais l’essentiel n’est-il pas de rester debout ?

Les freins

Freiner sous la pluie accélère l’usure des patins. Il convient de vérifier leur état après plusieurs sorties répétées sous le mauvais temps et les changer si nécessaire.

3. NETTOYEZ VOS PNEUS AVEC DU VINAIGRE

Si vous avez dégonflé vos pneus, c’est que vous êtes motivé pour aller rouler sous la pluie. Alors, allez chercher un chiffon et imbibez-le de vinaigre blanc. Passez-le ensuite sur la bande de roulement de votre pneu ou de votre boyau. La conséquence est une adhérence accrue même si l’effet ne va pas être identique durant toute la durée de votre sortie. Très utile également lorsque vous étrennez des pneus tout neufs car le vinaigre permet de se débarrasser du silicone de démoulage utilisé pour la confection du pneu.

4. UN SEUL MOT D’ORDRE : ANTICIPATION

Par temps de pluie, l’efficacité du freinage se réduit considérablement. Le mot d’ordre est donc d’anticiper de porter une attention toute particulière à tout ce qui se trouve sur la chaussée. Car, sous la pluie, on ne freine pas sur une plaque d’égout, ni sur une bande blanche, ni sur une plaque de verglas, sur des feuilles ou autres détritus naturels. Soyez attentif également au gasoil ou à l’essence mêlée à l’eau. L’avantage, par temps de pluie, c’est que ça se voit. Dans tous les cas de figure, en cas de perte d’adhérence, il ne faut surtout pas freiner brusquement mais se concentrer pour garder son équilibre en attendant que la roue retrouve de l'adhérence.

Le conseil Vélo Magazine

Attention, ne changez pas vos roues sans modifier vos patins de frein. les patins pour les roues carbones ne sont pas les mêmes que pour les roues aluminium et vice versa. Certaines jantes aluminium traitées spécifiquement (les jantes Exalith de Mavic par exemple) ne sont compatibles qu'avec des patins spéciaux.

5. NETTOYEZ VOS PNEUS ET VOTRE CHAÎNE DANS LA FOULÉE

Une fois votre sortie terminée, ayez le réflexe de nettoyer votre chaîne avec un chiffon avant d’y remettre une pointe d’huile. Faites de même avec votre roue libre, cela vous évitera bien des désagréments à long terme. Idem, essuyez avec un chiffon vos pneus car les corps étrangers sont plus nombreux par temps humide.