Météo gratuite, séjours et forum France - Meteosun.com

pas foutus pareils...

on savait que l'on était doucement félés, mais cette étude le prouve....!

Iron Man et Triathlon. Etude de la School of Medicine (Université de Tel-Aviv).

Headline image

Iron Men. Un triathlon n’est pas un départ en vadrouille classique. Pour participer à cette épreuve, un entraînement long, éprouvant et contraignant sur le plan physique est nécessaire. D’après une étude menée par une équipe de l’Université de Tel-Aviv, les athlètes qui participent aux compétitions de triathlon ont d’ailleurs un seuil de tolérance à la douleur plus élevé que la moyenne.

Athlète vs Monsieur Tout-le-Monde
Afin de réaliser cette étude, le professeur Defrin, de la Sackler School of Medicine de l’Université de Tel-Aviv, a recruté 19 triathlètes et 17 non-athlètes. Les sportifs choisis s’entrainaient pour au moins 2 triathlons par an, dont parfois le très spectaculaire Iron Man (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied). Les non-athlètes pratiquaient des sports moins intenses, comme l’aérobic ou le jogging. Les étapes de cette étude leur ont été décrites et les participants ont donné leur plein accord. L’étude avait auparavant été approuvée par le comité d’éthique de l’Université de Tel-Aviv. En effet, l’étude consistait à effectuer une série de tests psychophysiques de douleur aux cobayes, comme l’application d’un objet chaud sur une main et la submersion de l’autre bras dans de l’eau froide. Les cobayes ont ensuite eu à remplir un questionnaire concernant leur attitude vis-à-vis de la douleur.

Résultats
Durant les tests, les athlètes comme les non-athlètes pouvaient identifier la douleur, mais de façon moins intense pour les premiers par rapport aux seconds. En outre, la douleur était tolérable plus longtemps pour les triathlètes. Les chercheurs expliquent que détecter la douleur est une expérience sensorielle très directe alors que l’évaluer, vouloir et pouvoir l’endurer demande une certaine attitude, de la motivation et des expériences dans la vie. Les “Iron Men” avaient moins peur et étaient moins inquiets au sujet de la douleur physique, ce qui peut expliquer une plus haute tolérance. De plus, les sportifs de haut niveau participant à l’expérience ont montré des meilleures capacités pour inhiber la douleur, comparativement au groupe contrôle.

L’oeuf ou la poule ?
Une autre explication à cette meilleur tolérance à la douleur est l’apprentissage par les triathlètes de leur propre corps à apporter une réponse puissante face aux stimuli nociceptifs, et ce par leurs entraînements intensifs. Si l’aspect psychologique est indéniable, c’est sa complémentarité avec un apprentissage physiologique de la résistance à la douleur qui explique les résultats des athlètes testés. D’après le professeur Defrin, il est très difficile de séparer la physiologie de la psychologie. En général, l’expérience est la somme de ces deux paramètres.

De nouvelles recherches sont prévues afin de déterminer si les triathlètes participent à ces sports car ils ressentent moins la douleur, ou si la raison de leur résistance exceptionnelle est l’entraînement à ces exercices physiques intenses. Autrement dit, quel est le premier élément : la résistance à la douleur ou sa mise en pratique ? Si la deuxième hypothèse est retenue, la portée de cette découverte pourrait être considérable pour le traitement de patients atteints de douleurs chroniques, comme après l’amputation d’un membre (syndrome du membre fantôme). Comme les triathlètes, les patients atteints de douleurs chroniques souffrent quotidiennement, mais ne peuvent contrôler la douleur. Cette souffrance est d’autant plus délétère qu’au lieu d’augmenter leur résistance aux stimuli douloureux, elle la diminue.

Sources :
- Geva N, Defrin R. Enhanced pain modulation among triathletes: A possible explanation for their exceptional capabilities.PAIN_ (2013), http://dx.doi.org/10.1016/j.pain.2013.06.031
- “TAU study examines athlete endurance”, site de l’Université de Tel-Aviv, 6 octobre 2013 – http://english.tau.ac.il/news/athletes_pain

Rédacteurs :
Hanna Bueno, DVM, Volontaire internationale chercheuse à l’Université de Tel-Aviv

Origine :
BE Israël numéro 97 (13/12/2013) – Ambassade de France en Israël / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74588.htm
spacer

Source: http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74588.htm

ÉVÈNEMENTS DE LA SEMAINE

Date de dernière mise à jour : 11/07/2014