Météo gratuite, séjours et forum France - Meteosun.com

MON PREMIER TRIATHLON

Quelques conseils pour démystifier l'épreuve !!!

Par Matthieu Amielh - Triathlete Magazine - Hors série Débutants 2012

 

Ça y est, vous êtes équipé et entraîné. Entrons maintenant dans le vif du sujet avec votre première compétition ! Comment se déroule un triathlon ? Quelles sont les informations essentielles à connaître sur chacune des disciplines ? Comment préparer votre matériel dans l’aire de transition ? Triathlete vous a préparé une liste de précieux conseils afin de passer avec brio votre baptême du feu

 

 

 

1. CONSEILS POUR LA NATATION

La natation en triathlon est spécifique car elle se déroule en milieu naturel (lac, mer, océan). Ce détail est d’une grande  importance car la température de l’eau impose souvent le port d’une combinaison en néoprène. La réglementation fédérale stipule à ce sujet que pour une eau dont la température est inférieure à 16°C, la combinaison est obligatoire.  Au-delà de 24°C, elle est interdite. La combinaison est également une aide pour le nageur car elle permet une meilleure flottabilité. Moralité : sur la plupart des courses, vous nagerez en combinaison. Il est donc important de vous accoutumer à l’enfiler et à l’enlever dans un temps raisonnable, afin de ne pas perdre trop de temps lors de la transition. Entraînez-vous à enfiler et à enlever votre combinaison, vous gagnerez ainsi en confiance (voir l’encadré sur l’enfilage  de la combinaison). Si vous en avez la possibilité, nous vous conseillons fortement de nager avec au moins une fois  avant votre compétition. Cela dissipera vos angoisses et vous donnera plus d’assurance le jour de la course. Evitez  cependant les piscines : les combinaisons n’y sont pas les bienvenues et le chlore attaque le néoprène ! Point important :  le frottement du néoprène sur la peau peut provoquer des irritations au niveau du cou et des aisselles. N’hésitez pas à mettre de la vaseline ou des crème anti-frottements (type NOK, bien connu des coureurs à pied). Vous voici en combinaison. Avant de rentrer dans l’eau, n’hésitez pas à cracher dans vos lunettes et à les rincer afin  d’éviter la buée. Les lunettes suédoises (sans mousse) sont fortement déconseillées. Si vous êtes piètre nageur, inutile  de vous mettre aux avant-postes, vous risqueriez de voir la meute de tête vous passer dessus ! Si, au contraire, vous êtes bon nageur, placez-vous du côté du premier virage. Pour vous orienter, il vous faudra regarder devant vous au  moment de la respiration (habituez-vous à le faire en piscine lors de vos entraînements). Ne vous fiez pas à la personne  à côté de vous car il n’est pas rare que des nageurs partent dans la mauvaise direction. Evitez également de trop vous  faire enfermer car vous vous exposerez à davantage de coups. Voilà, c’est déjà la fin de la natation ! Vos jambes étant très utiles à vélo et à pied, il vous faut les économiser. Avant la sortie de l’eau, faites quelques battements de jambes afin de les préparer pour le vélo.

 

2. CONSEILS POUR LE VÉLO

L’essentiel des préparations pour le vélo se fait lorsque vous venez déposer votre vélo dans la zone de transition. Voici  quelques étapes pour ne rien oublier :

•  Placez votre casque, préalablement réglé avec la lanière ouverte, sur le guidon. Disposez à l’intérieur vos lunettes de soleil déjà dépliées. Vous pouvez aussi vous munir d’un porte-dossard. Très pratique, vous n’aurez qu’à le clipser sur votre tri-fonction une fois votre combinaison retirée.

• Installez votre ravitaillement (gels, barres). Vous pouvez les scotcher sur votre cadre en utilisant du scotch de peintre, qui s’enlève facilement et ne laissera aucune trace sur votre cadre. Vous pouvez également les stocker dans une poche  à scratch, qui s’installer sur le tube supérieur du vélo, et qui a l’avantage d’être facilement accessible.

•  Installez votre sacoche outillage (au minimum 2 chambres à air, une mini-pompe, 2 démonte-pneus). Un gonfleur avec cartouche de CO2 peut également être bien utile pour regonfler votre chambre en quelques secondes. Une nouvelle fois, essayez d’éprouver ce matériel à l’entraînement (ne faites pas exprès de crever toutefois !).

• En cas de forte chaleur, n‘hésitez pas à placer une serviette claire sur vos roues. Elle empêchera la chaleur de faire exploser vos boyaux ou pneus restés en plein soleil. En plus, elle permettra de vous essuyer.

• Préparez aussi votre braquet. Il est inutile de partir sur le grand plateau. Les chaussures de vélo : 2 méthodes  s’offrent à vous : fixées sur les pédales ou non. Pour fixer les chaussures, rien de plus simple. Utilisez un banal élastique. Accrochez la première extrémité de l’élastique à la languette des chaussures, et l’autre à l’attache  rapide de la roue arrière (pour la chaussure gauche) ou au dérailleur avant (pour la chaussure droite). Cette  méthode est très efficace mais demandera de la pratique à l’entraînement. Même si vous n’êtes pas ultra-rapide, elle aura l’avantage de ne pas vous faire courir avec les chaussures de vélo pendant la transition, chose qui peut s’avérer très périlleuse.

 

3. CONSEILS POUR LA COURSE À PIED

Erreur à ne pas commettre : n’essayez surtout pas une paire de chaussures neuves le jour de la course, des running  neuves engendrant des ampoules. Comme les chaussures vélo, ouvrez-les au maximum afin que vos pieds n’aient plus qu’à s’y glisser. Vous pouvez aussi les enduire de talc pour les enfiler plus rapidement quand vous aurez les pieds mouillés. Afin de gagner du temps lors de la 2e transition, vous pourrez investir dans une paire de lacets à  serrage rapide (type XTenex).

 

Bien vérifier son matériel – les points clés

1. Regardez sous les bras et le col de votre combinaison pour vérifier que rien n’est décollé. En cas de trou, rendez-vous chez un vendeur de combis de planche à voile qui procédera aux rapiéçages nécessaires.

2. Si vous venez d’installer de nouveaux pneus, roulez au moins 2 fois avec pour que la pellicule de camphre mis sur les pneus neufs disparaisse. Si vous n’avez pas le temps de « faire » votre pneu, passez un papier abrasif jusqu’à enlever la pellicule.

3. Crevaisons : pour éviter la panique en course quand on crève, il est conseillé de s’entraîner à changer une chambre à air chrono en main. Si vous le faites en moins de 2’30’’, vous êtes bon.

4. Check-list : faites-vous une liste de choses à emporter dans votre sac de compétition, au calme chez vous. Cela vous enlèvera un stress supplémentaire le jour J. Certaines choses indispensables sont à glisser dans votre sac : une boîte d’élastiques, une paire de lunettes de natation de secours, une clé multifonctions, quelques attaches rapide en plastique, une pompe, des sacs plastiques pour enfiler la combi et l’y déposer une fois mouillée. Laissez ce document dans le sac et actualisez-le à chaque course si vous constatez qu’il y manque des choses.

 

Comment bien enfiler sa combinaison ?

L’enfilage de la combinaison revient souvent parmi les appréhensions du débutant découvrant le triple effort. Pour réussir, rien ne vaut la technique du sac plastique ! Munissez-vous 2 sacs plastiques, mettez vos pieds dedans et enfilez ensuite votre combinaison. Pour tirer sur le néoprène afin de bien plaquer la combinaison, utilisez le plat des mains et les doigts. Faites attention de ne pas appuyer avec vos ongles car vous pourriez endommager le néoprène

! En cas d’accrocs ou de déchirures, il ne faut pas paniquer ! Le trou ne s’agrandira pas et il se réparera très facilement plus tard avec de la colle néoprène. Une fois le bas du corps en position, enfilez les bras et faites bien remonter la combi au niveau des épaules pour avoir suffisamment de matière pour fermer la combinaison dans le dos. Faites vous ensuite aider par un ami pour fermer votre combinaison. Exercez-vous ensuite à l’ouvrir tout seul car cela vous entraînera pour aborder sereinement la transition.

 

Focus sur les transitions

Les 2 transitions du triathlon ont un point commun : le passage au parc à vélos. Bien préparer son matériel dans cet espace est primordial pour une transition réussie. Assurez-vous également de pouvoir répondre aux questions suivantes : où est la sortie vélo ? où est la sortie course à pied ? Cela

vous économisera des minutes et du stress lorsque vous changerez de discipline.

 

Avant de partir avec les autres nageurs rejoindre la ligne de départ, il vous faudra repérer et mémoriser votre  emplacement dans le parc. Cela peut paraître évident mais lorsque vous sortirez de l’eau, vous serez peut-être un  peu « groggy » quelques minutes en raison du changement brutal de position. Vous apprécierez alors le repérage d’avant course.

 

4. SUR LA LIGNE DE DÉPART

Tranquillisez-vous, votre matériel de vélo et de course à pied est installé correctement dans le parc à vélo et vous  attend sagement pour les autres disciplines. Respirez calmement par le ventre si vous sentez le stress monter. Surtout, prenez du plaisir pendant la course, parce que c’est bien pour cela que vous vous êtes inscrit !

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LISTE DU MATERIEL NECESSAIRE (non exhaustive)

 

Natation

- Lunettes de natation

- Bonnet de Bain (fournit par l'organisateur)

- Combinaison (obligatoire en dessous de 16°C - facultative entre 16 °C et 24 °C - interdite au dela de 24 °C)

- Crème anti-frottement

 

Vélo

- Chaussures de vélo

- Casque

- Le vélo

- Lunettes de soleil

- Bidon rempli

- Materiel de réparation

- Pompe à vélo

- Élastiques (pour ceux qui accrochent les chaussures avec des élastiques)

 

Course à pied

- Chaussures 

- Casquette

 

Divers

- Tri-fonction ou tenue de compétition
- Épingles ou porte dossard
- Crème solaire 
- Cardio-fréquencemètre 
- Bidon de boisson énergétique
- Aliments énergétiques (gels, barres ...)
- Licence ou certificat medical
- Vêtements de change
- Claquettes pour se rendre au départ de la natation
- Tenue pour l'échauffement 
- Papier toilette